Raid Paris Calcutta
TourDuMonde.TV - A qui le Tour? Rejoignez l'équipe de la webTV!! 
Sunday, September 28, 2008, 19:26
Posted by Administrator
Bonjour,

Nous cherchons des passionnés de voyage pour animer la 1ere webTV de téléréalité d'aventures, consacré aux tours du monde en tout genre: à vélo, à pied, à dos d'âne, en roller, en barque, à tricycle, sur les mains....

Sera présenté sur www.TourDuMonde.TV, les moments les plus forts des aventuriers ( situations insolites, joie extrême, coups durs, rencontres incroyables )

Vous êtes informaticien, designer ou bien traqueur de bons plans voyage, rejoignez nous pour animer la futur webTV de télé-réalité d'aventure.

Contactez Benoit pour rejoindre l'équipe, au 06.63.18.07.07, ou par mail à [email protected]

Salaire entre 1000$ et 100 000$

Welcome!

La dream Team de TDM

TourDuMonde.TV
Nous signons l'arrêt de mort de Secret Story!



1 comment ( 29 views )   |  permalink   |  related link   |   ( 3.1 / 72 )
Accident 
Friday, June 20, 2008, 14:17
Posted by Administrator
Jeudi 12 juin 2008

Sur la route du désert, à 200 km de Mashad, dans l’après-midi, nous affrontons un vent de face puissant qui rapidement épuise notre assistance électrique. Nous arrêtons une moto afin de nous tirer jusqu’à un possible endroit de bivouac. La moto ne dépasse pas les 30 km/h. Luttant contre le vent, elle tire difficilement le poids de notre cycle. Apres quelques kilomètres, le moteur de la moto tombe en panne. Apres avoir vainement essayé de réparer le moteur de son engin, nous aidons notre ami motard à stopper une camionnette capable de le remorquer. Le soleil commence à tomber et nous nous mettons très vite en route à la recherche d’un endroit pour planter nos tentes. Ce seront les kilomètres de trop, à 21h10 nous sommes percutés par un camion. Romain est projeté de son siège. Le camion s’enfuit, mais des automobilistes s’arrêtent et appellent une ambulance qui arrive rapidement sur place. Romain se fait opérer de la rate le lendemain matin.

Apres quelques jours à l’hôpital de Neyshabur, nous sommes repartis sur Téhéran pour terminer certaines formalités administratives avant de revenir en France.

Romain va déjà beaucoup mieux. Nous vous remercions pour tous vos messages qui nous ont fait (et nous font toujours) très plaisir.

A bientôt

Benoit





6 comments ( 234 views )   |  permalink   |   ( 2.9 / 76 )
IRAN : de la FRONTIERE à TEHERAN 
Wednesday, June 4, 2008, 14:49
Posted by Administrator
Bonjour à tous, vous qui nous suivez !

Nous sommes désolés de ne pas avoir donné plus de nouvelles depuis la Turquie, mais les rencontres prennent beaucoup de temps ! Nous sommes entrés en Iran le 12 mai après 45 jours en Turquie qui resteront gravés à jamais dans notre mémoire.

Notre dernière nuit en Turquie s'est déroulée dans une famille kurde qui a pu nous expliquer ce qu'est le Kurdistan. Leur accueil a été exemplaire et, en une soirée, nous avons dû boire un litre de thé chacun !

L'entrée en Iran s'est faite d'une manière formidable : 137 km dans la journée, un record pour le Raid ! Pour notre première nuit, le cycle a pu dormir lui aussi au chaud, devant la réception de l'hôtel !

Les jours suivants, nous enchaînons les kilomètres avec des journées entre 90 et 130 km. L'autonomie des batteries Velectris est remarquable et nous aide vraiment lorsque la route penche un peu trop dans le mauvais sens.

Apres deux nuits à Tabriz, nous sommes partis vers le Nord-Est en direction de la mer Caspienne. Un col à 2000 m, puis nous nous laissons glisser pendant 40 km vers Astara, à la frontière avec l'Azerbaïdjan à 30 m d'altitude. Notre premier bain dans la mer Caspienne se fera quelques jours plus tard et, à notre grande surprise, cette mer n'est pas sale. Nous passons aussi d'un climat chaud et sec à un climat humide similaire au Sud-Est de l'Asie. A Abbad Abas, nous décidons pour la première fois de 'tricher' et de mettre le cycle sur un 4x4 afin de remonter jusqu'au col à 2500 m. La route de montagne reliant la Caspienne à Téhéran est dangereuse et nous ne regrettons en rien cette petite virée en 4x4 !

Voilà 7 jours que nous sommes à Téhéran et nous avons beaucoup de chance : sur la route au bord de la Caspienne, une grande famille iranienne nous a invités chez elle... dans un immeuble familial de 11 étages avec piscine sur le toit. Nous en avons donc bien profité et avons pu apprendre énormément sur la société cachée des Iraniens. Nous avons même eu le droit à une bouteille de vin et du jambon ! Nous avons fait un petit tour de deux jours dans le sud du pays à Espahan, ville grandiose de par ses mosquées et jardins.

Demain, nous partons pour Mashad, soit 900 km le long du désert Dasht-e Kavir...

Dans 15 jours, nous serons au Turkménistan.

Vos messages nous font toujours plaisir, n'hésitez pas à nous donner de vos nouvelles, cela enrichira notre conversation !

Nous essaierons de fournir plus de détails bientôt, certainement à Mashad où nous resterons quelques jours.

A très bientôt.

R&B


14 comments ( 197 views )   |  permalink   |   ( 3.3 / 64 )
Traversée de la Cappadoce 
Monday, May 5, 2008, 13:10
Posted by Administrator
La route vers la Cappadoce nous offre un dépaysement grandissant à chaque kilomètre. Depuis notre traversée du Bosphore, nous avons le sentiment d’avoir passé un cap dans notre voyage. Les nombreux repères que nous avions dans notre vagabondage en Europe se raréfient. Quel bonheur! Nous voilà enfin plongés dans l’esprit du voyage tel que nous l’attendions, où l’exotisme surprend, émerveille, scandalise, attendrit, nourrit notre imagination et nous remet sans cesse en question.

Notre premier village turc :



Le 8 avril 2008:
Pour la première fois, nous avons écouté de la musique presque toute la journée. Nos mp3 récemment acquis nous permettent d’apprécier différemment le voyage et de nous retrouver un peu seuls. Petit à petit, nous apprenons à gérer notre situation de "couple". Je crois que nous nous en sortons vraiment pas mal pour l’instant.
La journée est estivale. Nous évoluons sur une route très vallonnée pendant 90km. Romain se sert de son nez pour trouver un "bon village" (= avec des gens sympas) pour la nuit. Dès notre arrivée au "salon de thé", les anciens du village s’approchent peu à peu de nous. Les enfants (une vingtaine) qui jouaient dans la rue s’agglutinent peu à peu autour de notre table après que les adultes aient fait la police pour les écarter du quadricycle,

Nous expliquons que nous souhaitons planter la tente et le conseil des anciens nous propose le terrain au-dessus de l’école primaire. Pour canaliser l’énergie débordante des enfants, nous leur faisons pousser le cycle en haut du chemin menant à l’école. Une belle pagaille qui nous fait bien rire. Ensuite, Romain lance une partie de basket pour occuper les enfants pendant que les adultes restent avec moi pour faciliter notre installation.
Appelés par des villageois, deux journalistes (tv et presse) viennent nous interviewer. Personne ne parlant un mot de français ni d’anglais, nous écrivons la base d’un article en anglais sur le PC d’un des journalistes, que ce dernier fera traduire en rentrant à son bureau.

Nous camperons finalement en haut de la colline surplombant la vallée, un endroit magique où nous faisons un feu digne d’un vieux trappeur.



Le 9 avril 2008 :
Alors que nous redescendons le chemin menant à la route principale, une jeune fille nous arrête pour nous offrir quelques mezzés pour notre petit déjeuner. Une journée qui semble bien commencer !
Mais elle débute surtout par une montée de 25 km, pas vraiment agréable quand les muscles sont froids. Mais très vite notre moral remonte lorsqu’un automobiliste fait demi-tour en nous voyant, pour nous offrir une boite de Loukoum aux noisettes. Délicieux !
Le moral baisse un peu à midi après avoir mangé des boulettes de viande qui sentaient tout sauf la viande : le goût a du mal à passer ! Mais nous ne tardons pas à retrouver le sourire lorsque nous voyons un automobiliste s’arrêter dans une montée et descendre de sa voiture pour nous applaudir. Les Turcs sont tellement généreux : nous n’avons toujours pas fait le tour de leur accueil légendaire !
Avec le vent de face et les nombreuses montées, nous avançons comme des tortues et ne tardons pas à tomber en rade d’assistance électrique après seulement 65 km. Alors que nous affrontons une montée de plusieurs kilomètres à l’allure incroyable de 7-8 km/h, un scooter s’arrête pour nous proposer de nous tirer. Un peu vexés mais pragmatiques, nous acceptons. Romain monte sur le scooter et "roulez jeunesse". Je reste aux commandes et me concentre pour rouler droit et ne pas déstabiliser le scooter. Nous roulons les 10 derniers km de notre étape à une allure de 40-50 km/h. Une première en scooter pour NOCO2. Une certaine culpabilité de notre côté...

Le 11 Avril 2008 : essai de la voile de traction

Apres une nuit de bivouac dans un champ joliment parsemé de perles de biques, nous nous levons sous le soleil. Le vent souffle bien et nous profitons du terrain dégagé pour lancer pour la première fois notre voile dans les airs. Belles sensations ! Ca ne s’appelle pas une voile de traction pour rien !



Restons propres :

Le soir, après une étape de 90 km, nous arrivons à Yunak, petite ville de la plaine de quelques milliers d’habitants. Nous en profitons pour découvrir le vrai de vrai hammam turc. Nous prenons l’option lavage : comprendre un homme qui vous couvre de mousse et vous gratte les peaux mortes avec un gant de crin avant de vous mettre une grosse claque dans le dos pour vous stimuler. Un bon souvenir, mis à part l’hygiène un peu limite qui se rapproche de celle d’une prison de Corée du Nord.
Dans la foulée de notre démarche esthétique, nous allons chez le coiffeur. La prestation se rapproche quasi à l’identique de celle que nous avons en France, mis à part 3 points :
- le coiffeur garde la cigarette à la bouche pendant la coupe,
- Le coiffeur vous coupe les poils du nez à la tondeuse,
- Le coiffeur vous brule les poils des oreilles avec la flamme d’un énorme coton tige imbibé d’alcool à 90°.

Samedi 12 Avril 2008

Nous contournons, depuis déjà une centaine de kilomètres, un lac salé sur une route plate au paysage désertique. Il fait très chaud et pour mettre un peu de piment, nous décidons de couper par un chemin en terre. Très vite, les fourches se multiplient sans indiquer de direction. Un berger nous sauve de notre perdition en nous indiquant d’un geste large l’azimut à prendre.



Nous retrouvons finalement la route et passons un premier village où un groupe d’anciens nous fait de grands signes pour nous arrêter. Devant tant d’enthousiasme, nous décidons de passer la nuit ici. Ils nous embrassent chaleureusement et l’un d’entre eux nous tire par la main dans le jardin de sa maison. La mère apporte des verres de lait caillé que nous devons boire cul sec pour faire honneur. Les autres habitants du village ne tardent pas à venir satisfaire leur curiosité et à venir former un grand cercle. Un garçon de 10 ans très sérieux, tenant un dictionnaire d’anglais à la main, nous sert d’interprète.
Notre appareil photo les excite beaucoup et certains insistent pour se faire tirer le portrait. Notre hôte (Ahmet) choisit quant à lui de se faire prendre en photo devant la peau du renard que son chien a chassé quelques jours auparavant.



Nous sommes invités à dormir et à dîner. Nous acceptons avec plaisir l’invitation à dîner et négocions de planter la tente dans le jardin pour ne pas trop déranger. Ahmet accepte mais insiste pour que son fils veille le bivouac toute la nuit.
Nous dînons, confortablement assis sur des coussins, piochant à la fourchette dans le plateau apporté par sa fille (nous tombons sous son charme !). Le fils dîne avec nous et trouve amusant d’amener à la fin du repas un agneau dans la maison. Devant notre amusement, il court chercher un chevreau et le salon se transforme en bergerie pendant un court instant. Romain rigole bien en voyant ce que m’a laissé l’agneau émotif sur ma chemise...



15 Avril 2008 : arrivée au centre de la Cappadoce, un paysage époustouflant !

Nous quittons tôt la ville d Aksaray. Nous avons hâte de découvrir les paysages de Cappadoce et voulons profiter de la relative fraicheur matinale pour pédaler. Le vent dans le dos nous donne l’impression d’être poussés vers cette région mythique. Les collines pelées offrent un paysage lunaire. Nous nous arrêtons pour le déjeuner dans les vignes, à l’ombre d’un olivier. La Cappadoce est une des seules régions turques à produire son vin.
A quelques kilomètres de Goreme, centre reconnu de la région, nous rencontrons Nicolas, un autre cycliste voyageur. Avec lui, nous nous enfonçons brusquement dans la vallée de Goreme et découvrons soudainement un paysage quasi fantastique (ce n’est pas pour rien qu’un Star Wars a été en partie tourné dans la région). Epoustouflant ! Avec le désert d’Uyuni en Bolivie, je crois n’avoir encore rien vu d’aussi magique.



Nous prenons nos quartiers dans un hôtel en travaux où les chambres sont des grottes millénaires taillées par l’homme. Nous nous mettons très vite à la recherche de silex pour tailler nos gourdins.



Vos messages nous font toujours autant plaisir,

DONNEZ NOUS DES NOUVELLES!!!

Benoit






10 comments ( 150 views )   |  permalink   |   ( 3.3 / 63 )
Dessins des enfants de CP et CE1 de l'ecole de Valserres (GAP) 
Friday, May 2, 2008, 12:51
Posted by Administrator








add comment ( 16 views )   |  permalink   |   ( 3.1 / 60 )

| 1 | 2 | 3 | 4 | Next> Last>>